14 décembre 2019 0 Par Jerome

Vive les fake news !

Haro sur la désinformation ! Alerte à la démocratie en danger ! C’est la mobilisation générale contre les fake news. Pourtant… et s’il s’agissait en réalité d’un mal nécessaire ?

Dans mon livre sur les réseaux sociaux, je consacre un chapitre entier aux fake news, les fameuses “infox”, qui nous pourrissent la vie numérique. Cependant, en y réfléchissant, lutter contre les fake news, n’est-ce pas tenter de vider la mer avec une petite cuillère et surtout ramer à contre courant ?

Trop d’info tue l’info…

Depuis les années 80, nous avons connu une accélération de l’information. Aujourd’hui, toujours plus de médias diffusent toujours plus d’actualités toujours plus vite. Sommes-nous plus éclairés pour autant ? Plus intelligents ? Plus heureux ? Au contraire, face aux guerres, au réchauffement climatique et aux injustices du monde, nous sommes plus stressés et plus déprimés que jamais. La clairvoyance et la bonne humeur se raréfient au profit de l’obscurantisme et des radicalismes de toutes sortes.

En plus, avouons-le, aussi sérieuses et bien faites qu’elles soient, les informations données par les médias ne traduisent jamais réellement la complexité, les nuances et les différentes visions du monde. Le petit théâtre politico-syndico-associatif en est le parfait exemple, lorsqu’il veut donner l’impression qu’il “est” le monde alors qu’il se résume, en réalité, à des joutes distrayantes entre communicants professionnels.

Comme pour la nourriture bio, même quand on essaye de bien s’informer, il y a toujours quelques fake news pas bio qui se glissent au milieu du panier et que l’on avale sans s’en rendre compte. Il suffit de comprendre une information de travers ou d’avoir l’esprit mal tourné…

Bulles de filtre réconfortantes

Dans ce contexte, les fake news sont une thérapie. Pourquoi, diable, chercher à s’abreuver d’informations qui ne seront jamais « vraiment vraies » ou qui ne nous plaisent pas alors qu’il est tellement plus agréable et réconfortant de rester enfermé dans sa bulle de filtre avec des informations taillées sur mesure pour nous conforter dans nos certitudes ?

Où est le problème si certains veulent croire que la Terre est plate, que les vaccins sont dangereux ou qu’en dépouillant les riches on règlera tous les problèmes économiques ? Certes, il y a bien quelques risques de dislocation sociale, si chacun se met à croire n’importe quoi, mais cela peut-il être vraiment pire qu’aujourd’hui ? On a beau aller vers le futur, il y aura toujours une part de Moyen-Âge en nous.

Bientôt, des fakes news sur mesure grâce à l’IA

Il est de plus en plus facile de fabriquer des fake news. N’importe qui peut produire des articles, des photos ou des vidéos complètement bidons et, surtout, les diffuser. Demain, avec les deepfakes (vidéos truquées par intelligence artificielle), ce sera encore mieux : on pourra faire dire vraiment n’importe quoi à n’importe qui et le faire croire à tout ceux qui en auront envie. Ce sera la fête du slip de la désinformation.

Les fake news sont une sorte d’anticorps généré par la sur-information. Alors, franchement, allons-y gaiement et vive les fakes news !

(Au fait : tout cela est, évidemment… un tissu de fake news. Team premier degré s’abstenir ;).