4 janvier 2020 0 Par Jerome

CES de Las Vegas : pourquoi on y retourne chaque année

Maison connectée, santé connectée, loisirs connectés… Le grand show high-tech de Las Vegas (7-11 janvier 2020) tiendra-t-il ses promesses cette année encore ?

« Je ne suis pas sûr d’y retourner l’an prochain », me confiait récemment un habitué du CES. Déçu par les startup « bullshit » et les annonces en demi-teinte des grandes marques, il se demandait ouvertement si le CES était encore à la hauteur de sa réputation.

Moins de grandes annonces

Depuis sa création en 1964, le salon de Las Vegas donne le la en matière d’innovation technologique. Mais au fil des années, les choses ont changé. Les grandes marques n’attendent plus le rendez-vous de janvier pour dévoiler leurs nouveautés phares. De peur que les annonces soient noyées dans la masse, elles préfèrent organiser des rendez-vous spécifiques à d’autres moments dans l’année, selon leur propre calendrier. Alors, quoi ?

Plus de startup “bullshit”

Alors, il y a les startup, qui se ramassent à la pelle à l’Eureka Park, venues dans les bagages des grandes entreprises ou des régions françaises – qui ont un peu tendance à confondre le CES avec la Foire de Paris. Parmi elles, malheureusement, trop de pseudo-jeunes pousses qui présentent des projets pas sérieux, parfois juste avec un simple Power Point sur un coin de table et un story telling formaté pour les investisseurs. Tant mieux pour ces jeunes entrepreneurs si ça leur permet de nouer des contacts mais cela n’amuse plus trop les journalistes. On ne fait pas 8700 km pour se faire enfumer par de fausses innovations (diffuseurs de parfum connectés, plieurs de couvertures automatiques ou machines à thé « intelligentes ») qui seront mortes l’année suivante.

Mais de vraies tendances

Enfin, entre les startup « bullshit » de l’Eureka Park et les produits « waouh » du Convention Center, il y a le Sands, derrière le Venetian Hotel, où l’on trouve de nombreuses marques moins « techno-natives » (Amazon, Leroy Merlin, La Poste même…) qui exposent des produits moins spectaculaires mais qui seront réellement commercialisés dans l’année. Ce n’est pas la partie la plus « sexy » du CES, mais c’est peut-être la plus réelle, car elle donne bien un aperçu des tendances.

Et pourtant…

Voilà à quoi ressemble le CES. On y trouve le pire comme le meilleur, le plus dément comme le plus futile, le plus utile et le plus artificiel. Ce n’est pas forcément là que sont présentées les “vraies” innovations technologiques, celles qui changent réellement le monde.

Alors, chaque année, on se demande si on y reviendra l’an prochain.

Et chaque année, on y retourne parce que c’est pourtant bel et bien là que ça se passe.