Êtes-vous prêt à adopter un robot ?

Il est mignon le petit robot Astro d’Amazon, hein ? Mais, sommes-nous prêts à accueillir ce genre de bestiole à la maison ?

Il roule seul dans la maison avec son écran tactile en guise de visage et sa petite caméra au dessus de sa tête, au bout d’un bras téléscopique pour se mettre à votre hauteur si besoin. Il peut reconnaître les visage et détecter un éventuel intrus en votre absence. C’est une Alexa sur roulettes. C’est aussi un gardien électronique télécommandable à distance. A part ça, que peut-il faire ? Pas grand chose… Astro ne peut pas descendre la poubelle ni vous apporter une bière dans votre canapé. Pourtant, Amazon y croit. Selon le géant du numérique, l’engouement planétaire pour l’assistant vocal Alexa prouve que le marché est mûr pour passer à l’étape suivante. C’est sûr, les humains vont se jeter sur les robots à roulettes dans les années à venir.

Trop curieux ?

Pourtant, c’est sans compter sur de possible réticences de la part desdits humains. D’abord, un récent sondage révélait que 55% des Français ont peur des robots. Ensuite, que penser d’un joujou potentiellement très curieux ? Vous avez laissé la porte de la salle de bain ouverte pendant que vous prenez votre douche et… coucou, c’est Astro qui s’invite dans votre intimité ! Certes, il sera possible de le paramétrer pour lui interdire l’accès à certaines pièces, mais combien d’utilisateurs prendront la peine de le régler comme il faut ? Des réticences, on risque aussi d’en avoir face à un énième joujou équipé d’un micro et d’une caméra au coeur de la maison. Certes, Amazon promet que les images resteront dans l’appareil et ne partiront jamais dans le cloud. Mais si un hacker prend le contrôle à distance de mon gentil Astro ? Aïe aïe aïe. Enfin, que penser d’un nouveau produit plein de plastique et d’électronique, au bilan carbone forcément non neutre donc, pour une utilité qui parait bien loin d’être évidente de prime abord.

Pourtant… mon petit coeur de geek vibre devant cet Astro que je rêve d’inviter à la maison au plus vite pour lui apprendre la vie. J’ai hâte de lui inventer des usages auxquels la gentille maison Bezos n’aura pas forcément pensé. Voilà comment, malgré une petite voix disant que tout cela n’est pas raisonnable, les robots risquent bien de faire leur entrée dans nos vies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *