Logitech MX Vertical : la souris anti-tendinite

Cette souris “ergonomique” a guéri ma tendinite. Dommage, elle n’est pas vraiment adaptée à l’univers Mac.

Une tendinite au coude droit. La maladie du geek. Pendant deux mois et demi, j’ai souffert de ce mal étrange dû à l’usage intensif de la souris d’ordinateur (ou plutôt du trackpad, d’ailleurs), que je croyais réservé aux autres. J’ai donc testé la souris “ergonomique” Logitech MX Vertical, censée éviter ce genre de désagrément. Résultat : au bout d’une semaine, j’ai commencé à ressentir réellement les bénéfices de cet accessoire. Les douleurs n’ont pas entièrement disparu mais elles se sont clairement dissipées. Par quelle diablerie est-ce donc possible ?

Orientée à 57°

Comme son nom l’indique, la MX Vertical, a la particularité d’être orientée vers le haut au lieu d’être à plat sur le bureau. On l’attrape un peu comme un joystick, ou plus exactement un trackball, avec le pouce en dessous et le reste de la main au-dessus. Au lieu d’être tourné à plat, le poignet est donc orienté vers le haut, à 57° exactement selon Logitech, ce qui serait l’inclinaison idéale pour ne pas forcer inutilement sur le bras. C’est vrai, la position est très reposante, bien moins stressante qu’avec une souris classique ou un trackpad qui impriment des tensions dans le poignet et l’avant-bras jusqu’au coude.

Moins précise qu’une souris normale

Pour le reste, le toucher est agréable et la souris est légère et glisse parfaitement bien, malgré sa forme imposante. Cependant, en tenant sa main perpendiculairement à la surface de travail, on fait moins de mouvements de poignet pour déplacer le curseur, certes (cela contribue à atténuer la fatigue musculaire), mais les mouvements de pointage sont moins précis car moins naturels. Sans doute faut-il un certain temps d’adaptation pour prendre complètement en main ce nouvel engin.

Peu adaptée au Mac

Le vrai problème, c’est pour les utilisateurs de Mac. Cette MX Vertical n’est pas vraiment adaptée à un environnement Apple. Il manque des fonctions indispensables auxquelles on est habitué avec une Magic Mouse ou un Magic Trackpad. Notamment tous les raccourcis qui tirent partie des surfaces tactiles des périphériques Apple, comme passer rapidement d’un bureau à l’autre en swipant à trois doigts (sur Mac OSX) ou zoomer en double-tapotant ou en faisant glisser ses doigts sur la surface tactile, comme sur un smartphone.

Impossible, par exemple, d’utiliser la MX Vertical pour faire du montage vidéo sous Final Cut Pro (ou alors il faut revenir à une utilisation “à l’ancienne”, en utilisant seulement les boutons et les raccourcis-clavier) car ce logiciel fait largement appel aux fonctions tactiles des périphériques de pointage.

Des boutons paramétrables

Heureusement, la MX Vertical dispose de boutons secondaires paramétrables qui permettent de compenser partiellement ces manques. On trouve ainsi, en plus des boutons droit et gauche : deux petits boutons sous le pouce, un bouton sur le dessus et la molette qui est elle-même cliquable. Personnellement, je les ai paramétrés ainsi :

  • Boutons sous le pouce : page suivante / page précédente
  • Molette cliquable : bureau de droite
  • Bouton sur le dessus : bureau de gauche

C’est bien mais ce n’est pas assez pour une utilisation intensive. Il faudrait plus de boutons et même, pourquoi pas, une surface tactile.

Je n’ai pas retrouvé non plus, avec la molette Logitech, l’effet d’inertie, si agréable sur une souris ou un trackpad Apple, qui permet de faire défiler rapidement une page en imprimant une simple pichenette. Où est donc passé cette fonction qui existait pourtant, jadis, sur d’anciennes souris Logitech ?

Probablement parfaite sur PC

En résumé, cette superbe souris de compétition se révèle très reposante et est sans doute parfaite sur PC mais elle est malheureusement limitée sur Mac. Comme il n’existe pas d’équivalent chez Apple, je suis néanmoins bien content de l’avoir trouvée. Je l’utilise actuellement comme souris principale mais elle ne me permet pas, cependant, de me passer complètement de mon Magic TrackPad ni même de ma Magic Mouse, qui demeurent à portée de main sur mon bureau.

Prix : 109 euros

Points forts

  • Evite les tendinites (c’est ce qu’on lui demande)
  • Légère et agréable à manier

Points faibles

  • Manque de fonctions sur Mac
  • Précision de pointage difficile à acquérir