1 novembre 2020 2 Par Jérôme Colombain

Apple ou l’innovation tranquille

Les iPhones 12 sont-ils révolutionnaires ? Non. Mais, en fait si…

Récemment, je confiais à mon camarade François Sorel ma déception concernant Apple (à écouter ci-dessous). C’est vrai que j’en ai un peu marre des ordinateurs à écrans non tactiles, des form factors sans inventivité, de la disparition des ports jack, USB ou SD-Card, d’un Siri à la ramasse, des Homepods impossible à coupler en stéréo à un ordi ou de l’absence toujours inexpliquée de Face ID sur ordi. Au début, on a pu trouver ça drôle et novateur, transgressif même. Mais, à la longue, on en a un peu assez de courir après les dongles pour brancher une carte mémoire ou un câble HDMI et de constater que les designs deviennent beaucoup plus inventifs côté PC. Apple, c’est un peu comme les produits bio, c’est plus pur mais ça finit par avoir un côté triste.

Et puis, j’ai réfléchi.

Et je me suis réconcilié avec Apple aussi vite que je m’étais fâché.

En fait, cette boite a bel et bien une vision à long terme de la technologie. Là où les autres fabriquent des produits à la chaine pour occuper l’espace, Apple, au contraire, démontre, années après années, qu’il y a derrière ses smartphones, ses ordinateurs et ses autres bidules une véritable stratégie et une conception du numérique qui s’inscrit dans la durée, en accord avec la vision de son fondateur.

Prenez les iPhone 12.

En apparence, vraiment pas grand chose de neuf. Un meilleur appareil photo, un meilleur mode nuit, la 5G, un joli design qui date de 2010. Bref, “pas de révolution”, comme on dit à chaque fois. Normal, puisqu’il n’y a plus de rupture technologique depuis un bon moment pour qui que ce soit. Mais pourtant, cet iPhone 12 s’inscrit dans une histoire qui, à elle seule, est une révolution.

Il y a des fonctions sur cet appareil que personne ne comprend vraiment, dont seul un Père Fouras tapi au fond d’un labo d’Apple à Cupertino doit connaître le sens. Pourtant, à n’en pas douter, il y a un but à long terme.

Lidar, MagSafe, recharge inversée…

Exemple : le lidar, ce radar laser que l’on ne trouvait jusqu’à présent que sur les voitures autonomes. Pourquoi diable coller un lidar dans un iPhone ? On aurait préféré le retour du capteur d’empreinte digitale pour pouvoir déverrouiller son smartphone sans enlever son masque anti-Corona. Certes, le lidar améliore l’autofocus de l’appareil photo. Certes, il permet de jouir d’applications en réalité augmentée. Mais qui a vraiment besoin de cela ? Et bien, je ne serais pas étonné que des applications futures, grand public ou professionnelles dont on a encore aucune idée aujourd’hui, se cachent derrière ce lidar. Qui vivra verra.

Et le chargeur sans fil aimanté MagSafe, on en parle ? Tout le monde a compris que ce gros aimant à placer derrière le smartphone annonce sans doute la disparition de la prise lightning. Rendez-vous sur l’iPhone 13 ou l’iPhone 14 pour le savoir. Pourtant, on aimerait mieux voir ce fichu port lightning remplacé dès aujourd’hui par une prise USB-C. En fait, tout porte à croire qu’Apple a prévu de ne pas passer par cette case intermédiaire. Il a d’autres projets en tête : plus de prise du tout. Le vrai smartphone du XXIe siècle. Du coup, que n’aurait-on dit si l’iPhone 12 avait eu un port USB-C, obligeant tout le monde à changer de câble et d’habitudes, pour finalement le supprimer un ou deux ans plus tard ? Là encore, on ne peut s’empêcher de penser que la firme de Tim Cook a un plan à long terme.

Autre chose encore. Des petits malins ont découvert que l’iPhone 12 était prêt pour la recharge inversée (recharge d’un accessoire par le téléphone). Certes, ce n’est pas nouveau. On trouve cela sur des appareils asiatiques depuis longtemps. Mais pourquoi Apple le prépare-t-il secrètement sans le lancer officiellement ? Là encore, il y a anguille sous roche.

Ne parlons pas des nombreuses innovations liées au logiciel, dont la dernière version, iOS14, apporte encore son lot de nouveautés. Mais pas des nouveautés spectaculaires qui en mettent plein la vue lors des keynotes pour tomber ensuite dans les oubliettes de la tech, comme cela se voit chez certaines marques, non. Plutôt de vraies améliorations utiles au quotidien. Par exemple, l’iPhone propose d’innombrables fonctions d’accessibilité, destinées aux personnes déficientes visuelles ou auditives, dont on ne parle jamais, mais que les utilisateurs apprécient certainement.

Apple continue d’écrire l’histoire de la tech

Cela ne veut pas dire que le grand génie ne fait jamais d’erreurs. On pourrait gloser pendant des heures sur l’antennagate, le bendgate ou même sur l’utilité discutable de la Touch Bar des MacBook. Apple n’est pas infaillible. Mais la compagnie n’en poursuit pas moins son chemin, impassible, fidèle à son mantra : “less is beautiful“.

Google aussi, avec Android, semble avoir une vraie vision à long terme de l’évolution des outils numériques. La convergence entre les smartphones, les assistants vocaux et les services Web relève clairement d’une démarche cohérente. En revanche, on aurait du mal à en dire autant des multiples constructeurs de smartphones chinois ou coréens, dont la stratégie est plus difficile à décrypter. On a plutôt l’impression qu’il s’agit d’un tsunami de composants assemblés et marketés en des dizaines de modèles sans véritable cohérence sur la durée. Tout le monde n’est pas en mesure d’écrire une histoire.

Bref, même avec ce « modeste » iPhone 12, Apple montre qu’elle n’est vraiment pas une boite de tech comme les autres. Sans paillettes, elle creuse son sillon et continue d’écrire l’histoire de la tech. C’est l’innovation tranquille. Pas étonnant qu’à chaque annonce de la marque à la pomme, toute l’industrie retienne son souffle. Elles sont loin les émouvantes keynotes de Steve Jobs, mais Tim Cook n’a clairement pas trahi la mémoire de son mentor.

Innovations à long terme

C’est souvent après coup que l’on comprend réellement les inventions de la marque californienne. Il faut regarder dans le rétroviseur pour que tout s’éclaire. Par exemple, qui aurait cru que le NFC, introduit mollement et avec retard sur l’iPhone 6 en 2014, deviendrait (prochainement) un mode de paiement sans contact mainstream ? Qui aurait pu penser que la gestuelle sans bouton de l’iPhone X s’imposerait comme un standard dominant sur presque tous les smartphones ? Qui aurait cru que l’absence de port mini-jack ou l’inamovibilité de la batterie deviendraient finalement la règle chez de nombreux constructeurs ? Que dire des oreillettes true wireless qui sont devenues la norme ? Etc, etc. Autant d’innovations à long terme qui ont réellement changé le cours de l’histoire.

Apple nous violente, parfois, comme un parent sévère, en imposant des transformations dont on n’a pas envie et qui semblent nous compliquer la vie. Puis, on grandit et on s’aperçoit que papa avait raison.